Lavomatic

 

Il a mis des lunettes noires, c’est fou ce que ça peut être éblouissant, ces néons, c’est vrai, pourquoi ils nous font pas une petite ambiance cosy, ces ploucs ?

Lunettes noires et sourcils froncés, il guette.

Il guette l’arrivée d’une étudiante, d’une baby sitter, d’une quelconque bonniche – pourvu qu’elle soit fraîche (under twenty).

 

Oups, la voilà.

Elle passe pas plus tôt la porte qu’il l’alpague : sera-ce possible qu’elle garde un œil sur sa laundry, genre un quart d’heure ?

Elle hésite, il ajoute : je pourrais en profiter pour retourner chez moi écrire.

 

ÉCRIIIRE ??

 

Elle veut savoir quoi, et vlan il dit le mot magique : un ROMAN, a novel, what else.

 

« Roman »…………… elle veut absolument garder le linge ! Elle le dévisage, elle voudrait voir ses yeux de romancier, mais lui, il en a tellement marre qu’on le reconnaisse partout. Depuis qu’il a fait la grande Librairie, sa vie s’est transformée en hell.

Enfin, même avec les binocles, elle aurait pu percuter, qu’est-ce qu’elle attend ?

 

Elle attend rien, elle a pris son poste : elle regarde tendrement tourner les caleçons de l’écrivain. 


//chronique